L’archipel européen

A l’instar du dernier livre de Jérôme FOURQUET (et de son titre) sur la France, ses divisions et ses égoïsmes, on peut s’inquiéter des soubresauts des plaques tectoniques qui secouent l’Europe.  Entre nationalismes, anarchismes, « jaunisme », illibéralismes, populismes, gauchismes et tendances libertariennes, les tensions sont devenues exacerbées, avec la fin de la guerre froide  et des idéologies. Ces divisions sont attisées politiquement par les USA et la Russie (hostiles à une UE concurrente ou potentiellement attractive) et commercialement par la Chine avec sa « route de la soie », voulant faire pièce à la puissance économique américaine mais aussi européenne, tant en Asie qu’en Europe (mais aussi en Afrique et Amérique du Sud) .

Or la liberté des individus comme celle des nations repose sur une démocratie suffisamment forte pour résister à de telles tensions et suffisamment consensuelle pour préserver un équilibre forcément médian et rejetant les extrêmes inconciliables. En France les candidatures aux élections européennes totalisent 34 listes ! Et plus de 700 en Europe ! On privilégiera donc, pour siéger à Bruxelles, celles favorables à une Union forte et pérenne.

9 mai 2019, Jour de l’Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *